Un activiste djiboutien détenu au Somaliland après avoir critiqué le président djiboutien Ismael Omar Guelleh

Un activiste djiboutien détenu au Somaliland après avoir critiqué le président djiboutien Ismael Omar Guelleh

Arreh Aouled est un ressortissant djiboutien vivant à Gabilay, au Somaliland, depuis près de quatre ans. Il a été accusé de diffamation envers le président djiboutien Ismail Omar Guelleh. Bien qu'il soit actuellement en détention provisoire au commissariat de police de Gabiley, Aouled risque actuellement d'être transféré de force à Djibouti.

Le 20 mai 2022, Arreh Aouled, activiste connu notamment pour ses critiques à l’encontre du  gouvernement djiboutien, a été arrêté par des membres de la police du Somaliland sans que ne lui soit présenté un mandat d'arrêt ni qu'il soit informé des raisons de son arrestation.

Le lendemain, le Centre des droits de l'Homme pour le Somaliland a fait part de ses préoccupations concernant les pratiques du Somaliland en matière d'expulsion vers Djibouti et a appelé à sa libération immédiate.

Le 23 mai 2022, Aouled a été présenté devant le tribunal régional de Gabiley et, parallèlement, un hélicoptère aurait été envoyé à Hargeisa, en Somalie, par les autorités djiboutiennes pour le transférer de force vers Djibouti.

Sa garde à vue a été prolongée à plusieurs reprises et le 13 juin 2022, Aouled a été, pour la première fois depuis son arrestation, accusé d'avoir tenu des propos injurieux à l'encontre du président djiboutien Ismail Omar Guelleh au titre de l'article 451(2) du Code pénal du Somaliland.

Cette accusation se fonde sur une courte vidéo diffusée en direct sur la page Facebook d'Aouled, dans laquelle il s’est exprimé sur la politique du président Guelleh, et semble ainsi constituer une violation de son droit à la liberté d'expression et d'opinion au titre de l'article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Aouled a été présenté pour la dernière fois devant le tribunal régional de Gabiley le 16 juin 2022. Il demeure détenu préventivement depuis.

S'il est renvoyé à Djibouti, Aouled serait exposé à un risque élevé de torture et de traitement cruel, inhumain ou dégradant en raison de ses critiques à l’égard du gouvernement. Pour cette raison, MENA Rights Group a soumis un appel urgent au Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants le 20 juin 2022.

Les autorités du Somaliland sont tenues de respecter le prinicipe de non-refoulement inscrit à l’article 3 de la Convention contre la torture ainsi que le droit d’Aouled à la liberté d'expression et d'opinion, tel que consacré par l'article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Timeline

20 juin 2022 : MENA Rights Group soumet un appel urgent au Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et au Rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté d'opinion et d'expression.
16 juin 2022 : Aouled est traduit devant la Cour régionale de Gabiley.
13 juin 2022 : Aouled est accusé d'avoir tenu des propos injurieux à l'encontre du président djiboutien Ismail Omar Guelleh, en vertu de l'article 451(2) du Code pénal du Somaliland.
23 mai 2022 : Aouled est présenté pour la première fois devant le tribunal régional de Gabiley et est renvoyé à trois jours de détention supplémentaires. Les autorités djiboutiennes auraient envoyé un hélicoptère à Hargeisa, en Somalie, pour renvoyer Aouled à Djibouti.
20 mai 2022 : Arreh Souleiman Aouled est arrêté par des agents de la police du Somaliland.